Le masque antipollution Vogmask

Figurant parmi les leaders dans la fabrication de masques antipollution, la marque Vogmask, créée par la société Ohlone Press LLC basée à San Francisco, propose des masques antipollution plutôt efficaces à destination des conducteurs de deux-roues.

Quel type de filtres utilise le Vogmask ?

Les filtres Vogmask protègent contre les particules fines de type PM10 et PM2,5. Pour rappel, PM signifie particulate matter, c’est-à-dire particules en suspension. Lorsque l’on dit que les Vogmasks sont PM2,5, cela veut donc dire que ces filtres peuvent retenir les particules fines d’une taille inférieure à 2,5 micron. La marque annonce à ce propos une filtration jusqu’à 0,3 micron.

Vogmask
Les différents filtres du masque Vogmask (source vogmask.com)

Le masque protège donc de la poussière, des allergènes, des germes, des odeurs, mais aussi des particules fines issues de la combustion, notamment du diesel. Pour parvenir à bloquer tous ces éléments, les masques Vogmask utilisent plusieurs couches de filtres, chacune d’elles ayant son rôle à jouer en filtrant certains types de particules et de molécules :

  • un filtre à particules fines, en nanofibres, conforme à la norme américaine N99
  • un filtre à charbon actif dérivé de coques de noix de coco, pour les gaz et les odeurs
  • à cela s’ajoutent les couches intérieure (en microfibres tissées ou coton bio) et extérieures (en microfibres non tissées ou coton bio)

Toutes ces matières sont sans danger pour la peau.

Les filtres sont intégrés, c’est-à-dire cousus à l’intérieur du masque. Il n’est donc pas possible de les changer. Vogmask annonce une durée de vie d’environ 400 heures, soit 2 à 3 ans en moyenne. En pratique, lorsque la respiration devient plus difficile, c’est que les filtres sont « pleins » et qu’il faut donc acheter un nouveau masque.

Selon le modèle (1 valve ou 2 valves), la couche externe visible du masque est faite en coton bio ou en microfibres non tissées, ce qui confère au masque une texture assez agréable au toucher.

EN SAVOIR PLUS SUR LA TECHNOLOGIE VOGMASK

À quelle norme répond le Vogmask ?

Vogmask a été certifié conforme à la norme NIOSH N99 par le laboratoire américain Nelson Labs, un organisme agréé. Selon cette classification, son système de filtres retient donc au moins 99 % des particules fines en suspension dans l’air. Toutefois, les normes américaines sont moins exigeantes qu’en Europe, où le Vogmask mono valve est certifié FFP1 R (80 % de filtration), et le Vogmask double valve FFP2 R (95 % de filtration).

En Asie, ce masque bénéficie d’une homologation selon les normes GB2626-KN95 et KF-94, respectivement en Chine et en Corée du Sud.

Combien de valves sont présentes sur le Vogmask ?

En fonction du modèle, Vogmask possède une ou deux valves qui ne laissent passer l’air que dans un sens : de l’intérieur vers l’extérieur.

Les valves sont utilisées au moment de l’expiration : elles aident à l’évacuation du CO2 et de l’air chaud, empêchant la formation d’humidité à l’intérieur du masque. Lorsque vous inspirez, la valve est fermée, de sorte que l’air ne passe que par les filtres.

Une ou deux valves, quel modèle choisir ?

ACHETER LE MASQUE ANTIPOLLUTION VOGMASK

Vogmask se décline en 3 modèles : un premier sans valve, un deuxième à 1 valve et un troisième à 2 valves.

Le modèle sans valve est avant tout destiné aux personnes malades, contagieuses, ou aux personnes souhaitant se protéger des virus en suspension dans l’air.

👉Le modèle 1 valve (N99 CV) cible davantage les piétons, les motards, ceux qui ont un vélo à assistance électrique ou une trottinette électrique, ou les cyclistes qui roulent essentiellement sur terrain plat.

Le modèle 2 valves (N99 2CV) est quant à lui plutôt adapté à la pratique du vélo voire de la course à pied, des activités qui demandent plus d’efforts et exigent donc une meilleure ventilation.

Comment s’attache le Vogmask ?

Vogmask a pris le parti d’utiliser des tendeurs élastiques en guise d’attaches. Il suffit donc de les passer derrière les oreilles et le tour est joué.

Peut-on le porter avec des lunettes ?

Vogmask peut très bien être porté avec des lunettes. Lorsqu’on le porte correctement, la partie la plus élevée du masque arrive juste au-dessus du nez, laissant assez de place pour porter des lunettes.

tailles vogmask
Les différentes tailles disponibles (source vogmask-france.fr)

Le problème qui se pose souvent pour les porteurs de lunettes, c’est la buée qui a tendance à se former sur les verres et qui obstrue alors la vue. Mais cela arrive lorsque le masque n’est pas bien en place ou pas à la bonne taille.

Assurez-vous donc tout d’abord que le haut du masque soit bien collé au visage pour une meilleure étanchéité. Pour cela, exercez une légère pression sur la petite tige en aluminium. Flexible, elle s’adapte à la forme du nez.

Ensuite, choisissez la bonne taille. Pour prendre en compte toutes les morphologies, le masque Vogmask se décline en effet en différentes tailles, de 9 à 12 cm de hauteur.

D’après le site Vogmask Europe, le choix de la taille du masque doit se faire en fonction de votre poids, de la façon suivante :

  • S – Petit (9 cm) – 11-22 kg
  • M – Moyen (10 cm) – 23-58 kg
  • L – Grand (12 cm) – 59-90 kg

Peut-on le porter avec un casque intégral ?

Il est tout à fait possible de porter le masque Vogmask sous un casque intégral. Il est d’ailleurs un peu moins imposant que le masque R-PUR, ce qui facilitera l’enfilage.

Peut-on le laver ?

Le masque Vogmask est, comme on l’a vu, réutilisable. Vous pouvez donc le laver de temps en temps, si vous trouvez qu’il est sale ou poussiéreux. Pour le nettoyer, utilisez simplement de l’eau et du savon liquide et lavez les couches intérieures et extérieure à la main. Attendez que l’ensemble soit complètement sec avant de le porter à nouveau.

Existe-t-il en plusieurs couleurs ?

Le Vogmask est disponible dans une trentaine de couleurs et motifs. Il y en a pour toutes les goûts : des couleurs sombres et discrètes aux motifs les plus extravagants.

Quel est le prix du Vogmask ?

Le prix du Vogmask varie en fonction du modèle choisi : de 35 € pour le Vogmask mono valve à 45 € pour le Vogmask double valve.

Mon avis sur Vogmask

C’est un masque de très bonne qualité, efficace. Néanmoins, pour les motards, il reste selon moi en-dessous du masque R-PUR.

Les points forts

Le masque est léger (17 g) et plutôt confortable. En roulant, on ne ressent pas vraiment de gêne, même lorsqu’on porte le masque pendant plus de 30 minutes.

Il existe en plusieurs tailles, ce qui est un vrai atout par rapport à un concurrent comme R-PUR.

Le design est assez cool !

Les points faibles

Le système de filtration est certes performant (FFP1 pour le masque mono valve, FFP2 pour le masque double valve) mais pas aussi abouti que celui du masque R-PUR, qui je le rappelle, est de classe FFP3.

Si, en plus d’être motard, vous êtes sportif et que vous pratiquez des séances où l’effort est intense (du fractionné court par exemple), il devient vite très difficile de respirer, même avec la version double valve. L’air que vous rejetez se condense assez rapidement, s’accumule dans le masque et crée un effet ventouse. En période estivale, cela peut devenir un inconvénient rédhibitoire.

L’étanchéité, assurée par une simple bande en élasthanne, n’est pas aussi satisfaisante que sur le masque R-PUR. Le masque a tendance à suivre les mouvements respiratoires. Une fois le casque enfilé, les élastiques derrière les oreilles n’empêchent pas suffisamment le masque de bouger pendant la conduite.

Cliquez ici pour visiter le site officiel Vogmask et obtenir plus d’informations sur le masque antipollution Vogmask 1 valve (N99 CV).