Comment utiliser et entretenir un masque antipollution moto ?

Pour tirer le meilleur parti d’un masque antipollution, il est indispensable de savoir comment bien le porter, afin d’éviter une perte d’étanchéité. Pour vous protéger des particules fines, il est en effet important que l’air que vous inhalez passe à travers les filtres du masque. Mais ce n’est pas tout. Si vous voulez qu’il reste efficace sur une longue période, il faut l’entretenir correctement.

Utilisation du masque antipollution moto

Une utilisation optimale d’un masque antipollution moto repose sur deux facteurs : la taille du masque et son positionnement sur le visage.

Comment choisir la taille du masque antipollution ?

taille masque antipollution
Mesure de l’arête du nez au menton (source cambridgemask.com)

La taille du masque est très importante, dans la mesure où si celui-ci est trop grand et ne parvient pas à se positionner de manière étanche sur le visage, il n’offrira pas une protection efficace contre les particules fines, les gaz nocifs et les odeurs émanant des pots d’échappement.

Pour choisir la bonne taille de masque, l’une des méthodes les plus efficaces consiste à mesurer la distance qui sépare votre menton de l’arête de votre nez (en dessous des yeux). Cette mesure vous donnera une indication quant à la taille du masque qui vous convient.

Cambridge Mask, par exemple, recommande de mesurer la distance qui sépare le milieu de votre nez jusqu’à environ un peu plus de 2 cm sous votre menton pour avoir la hauteur (h) du masque. Puis de mesurer la distance qui sépare vos 2 pommettes pour avoir une idée de la largeur (l) du masque.

À ces mesures (hxl) en millimètres correspondent les tailles de masque suivantes :

  • Moins de 120×135 : très petite (pour enfant)
  • 140×170 : petite taille (small)
  • 150×190 : taille adulte (medium)
  • 170×200 : grande taille (large)
  • 175×220 : très grande taille (extra large)

Les mesures peuvent être légèrement différentes en fonction des fabricants. Vogmask par exemple, définit la taille de ses masques en fonction du poids de l’utilisateur :

  • 11-22 kg correspond à une petite taille
  • 23-58 kg correspond à une taille moyenne
  • 59-90 kg correspond à une grande taille

Notons néanmoins que certains masques ont une taille unique. C’est le cas du masque antipollution moto R-PUR. Celui-ci a l’avantage de disposer d’une mousse à mémoire de forme, ce qui le rend de facto universel.

Comment bien porter son masque antipollution ?

Pour que le masque soit le plus hermétique possible, il convient de respecter les recommandations des fabricants.

Pour bien porter un masque antipollution à deux attaches comme R-PUR, suivez les étapes suivantes  :

  1. Placez le masque sur votre visage.
  2. Passez les sangles supérieures sur le haut de votre tête et accrochez fermement les velcros. Les sangles doivent passer au-dessus de vos oreilles.
  3. Attachez les sangles inférieures au niveau de votre nuque, sans trop serrer.
  4. Ajustez le masque sur votre visage en appuyant bien au niveau des pommettes, pour une herméticité parfaite avec la peau.
  5. Si vous portez un casque intégral, assurez-vous de l’enfiler par l’arrière du crâne puis ajustez ensuite la partie frontale, afin de ne pas faire bouger le masque.
  6. Si vous portez des lunettes, elles doivent être mises en dernier.

Pour les masques à sangle unique comme Respro, les étapes #2 et #3 ne s’appliquent pas. Dans ce cas, il faut positionner le masque sur votre visage puis utiliser vos deux mains pour attacher les sangles au niveau de la nuque. Ensuite, on passe à l’étape #4.

Pour les masques à élastique comme Vogmask, il suffit simplement de passer les tendeurs derrière les oreilles après avoir positionné le masque sur le visage.

Entretien du masque antipollution moto

Bien entretenir son masque est primordial pour allonger sa durée de vie et profiter d’une meilleure protection.

Doit-on changer le filtre ?

Encore une fois, cela dépend des modèles.

Certains fabricants ont prévu des filtres interchangeables. C’est le cas par exemple des masques R-PUR et Respro, où il est possible de changer le filtre et/ou la valve sans changer complètement de masque. La vidéo ci-dessous montre par exemple comment retirer le filtre d’un masque Respro.

D’autres ont misé sur un masque réutilisable, mais avec une durée de vie limitée. C’est le cas de Vogmask dont les filtres sont cousus sur le produit. Dès que les filtres sont usés, il faut donc commander un nouveau masque.

Quand faut-il changer le filtre ?

L’application R-PUR indique l’état d’usure du filtre (source r-pur.com)

Là aussi, cela va dépendre de nombreux critères : le type de masque, le taux de pollution, la fréquence et la durée de vos déplacements, etc.

Vogmask recommande par exemple de changer de masque chaque année, ou après 400 heures d’utilisation, en moyenne. R-PUR, lui, recommande de changer le filtre après un délai d’utilisation variant de 5 à 15 semaines.

Dans la pratique, si vous remarquez que la respiration devient plus pénible, ou que vous sentez à nouveau les odeurs des gaz d’échappement, jetez un coup d’oeil au filtre, il est probablement saturé.

Faut-il laver le masque ? Comment le nettoyer ?

Lorsque votre masque antipollution est sale ou poussiéreux, vous pouvez le laver. Évitez le passage en machine qui pourrait l’endommager et préférez un lavage à la main, avec de l’eau et du savon liquide. Rincez-le bien et faîtes-le sécher ensuite.

Pour les modèles dont le filtre est détachable, il convient bien entendu de retirer le filtre avant de nettoyer le masque. Le filtre ne nécessite aucun entretien. Il ne se lave pas mais doit être remplacé dès qu’il est saturé. Surtout, ne le trempez pas dans l’eau bouillante pour lui donner une seconde vie, car cela annulerait toutes ses propriétés de filtration !

Vous pouvez également désinfecter les valves avec de l’alcool à 70%, sauf si la notice d’utilisation le déconseille formellement.